Madagascar : un atelier évoque le déficit en infrastructures routières

Publié le 08/07/2024

Selon la Banque mondiale, la densité routière à Madagascar n'est que de 5,4 km pour 100 km2, et la plupart des routes sont en terre et en mauvais état.

A Madagascar, « plus des 2/3 des routes régionales et locales se trouvent dans un état déplorable, laissant près de 17 millions d'habitants à plus de 2 kilomètres d'une route praticable en tout temps » selon des statistiques évoquées sur le blog du ministère de l'Agriculture et de l'élevage.

Cette situation « accentue les disparités, avec des impacts plus remarquables chez les populations rurales, souvent plus isolées et limitées pour accéder aux marchés et aux opportunités économiques. Cela favorise également l'insécurité alimentaire et réduit les capacités de commercialisation et de productivité agricole », a-t-on appris lors d’un récent atelier sur les routes rurales organisé par la Direction du Génie Rural, le Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets et l’Agence Routière.

19d75fca6901eee50efd9161d4bf16a55 L

La route concentre jusqu’à 90% du transport de personnes et des marchandises à Madagascar. Pourtant, la densité routière n’y est que de 5,4 km pour 100 km2, selon la banque mondiale. Le retard infrastructurel routier du pays est entre autres dû à sa géographie particulière, avec des montagnes au centre et des forêts denses côtières.

A cela s’ajoutent des phénomènes naturels fréquents qui compliquent le développement et la durabilité des infrastructures de transport routier sur l’île.