Uranium : premiers travaux d’exploration pour l’australien Moab en Tanzanie

Publié le 09/07/2024

Un des principaux producteurs africains d’or et bientôt fournisseur de plus de 10 % du graphite mondial, la Tanzanie dispose aussi d’un potentiel en uranium. Dans un contexte de hausse de la demande et des prix pour ce métal, l’australien Moab Minerals vient d’acquérir deux projets dans le pays.

Moab Minerals prévoit de commencer en août/septembre 2024 ses premiers travaux d’exploration d’uranium en Tanzanie. La compagnie minière australienne l’a annoncé le 9 juillet dans un communiqué relatif à l’acquisition définitive d’une participation de 81,85 % dans un portefeuille de projets d’uranium dans le pays d’Afrique de l’Est.

Moab lancera initialement les travaux sur le projet Manyoni, où de précédents travaux ont conduit à une déclaration de ressources minérales JORC de 20,5 millions de livres à une teneur de 147 ppm. Pour financer ces travaux, la compagnie dispose actuellement d’environ 1,9 million de dollars, mais pourrait lever des fonds pour poursuivre l’exploration, notamment sur le second projet Octavo.

Dans un contexte de hausse de la demande et des prix de l’uranium, Moab peut en effet s’appuyer sur le regain d’intérêt des investisseurs pour le métal. «?Compte tenu du prix actuel de l’uranium d’environ 85 $/lb, Moab est au bon endroit au bon moment pour réévaluer le projet d’uranium Manyoni et pour commencer l’exploration du projet d’uranium Octavo?», a commenté Malcolm Day, DG de la compagnie.

Bien que la Tanzanie soit l’une des principales juridictions minières africaines, le pays est davantage connu pour ses mines d’or ou encore ses ressources de graphite, que pour son potentiel uranifère. Néanmoins, le succès de Moab Minerals dans le pays pourrait attirer des investisseurs dans ce secteur et contribuer à renforcer l’importance des Mines pour l’économie nationale. D’ici 2025, le gouvernement vise une contribution de 10 % au PIB pour le secteur minier.

Emiliano Tossou

Lire aussi:

12/03/2024 - Moab Minerals fait son entrée dans le secteur africain de l’uranium, sur fond de hausse de la demande mondiale