Hydrocarbures

La production pétrolière du Nigéria devrait commencer à reculer à partir de 2020 (Rapport)

Publié le 08/02/2019

Selon le rapport « The Nigerian Oil and Gas Upstream Report » du centre de recherche de la Banque d’investissement Afrinvest, la production nigériane de pétrole devrait entamer une phase de déclin après 2020.

Le rapport publié cette semaine explique que l'exploration en eaux profondes avait considérablement ralenti en raison de l'incertitude fiscale causée par l'échec de l'adoption du nouveau code pétrolier (Petroleum Industry Bill). Le document a initialement été rédigé en 2008.

Les analystes ont indiqué que sans clarté sur les termes financiers, l'exploration n’y serait pas une priorité pour les compagnies pétrolières internationales, étant donné qu’elles avaient déjà d'importants stocks de découvertes non mises en valeur, tant à terre qu'en eau profonde.

Par ailleurs, Afrinvest s’attend à ce que les réformes fiscales dans l'industrie avancent lentement. Et d’estimer que le recul interviendra lorsque les contrats de partage de production en eau profonde expireront entre 2023 et 2028. Les nouveaux projets à long terme dépendront des conditions fiscales négociées lors du renouvellement de contrats expirés.

 « Compte tenu de ces problèmes, de l'absence d'une réglementation et de réformes favorables, des contraintes de financement, des coûts de l’amont élevés et de l'incertitude budgétaire actuelle et la faiblesse de la réserve de grands projets, nous prévoyons que la production commencera à décliner après 2020, malgré un potentiel de croissance important.», conclut le document.

Le Nigeria produit du pétrole à partir de plus de 220 champs, dont la plupart sont relativement petits et ont une production moyenne inférieure à 10 000 barils par jour.

Olivier de Souza