Hydrocarbures

Tanzanie : Equinor va reprendre les négociations avec le gouvernement concernant le projet de GNL de Lindi

Publié le 05/12/2018

Mardi, une source proche de la société norvégienne Equinor a confié à Reuters que le président tanzanien John Magufuli, a ordonné à son gouvernement de poursuivre les négociations avec Equinor, Shell, Ophir et Exxon Mobil en vue de définir le cadre commercial et fiscal du projet d’installation d’une usine de gaz naturel liquéfié.

Les négociations avaient été suspendues depuis l’année dernière lorsque le gouvernement avait soumis trois projets de lois au parlement, qui obligeront les compagnies pétrolières et gazières présentes dans le pays à renégocier leurs contrats de l’amont à la production. Ceci, pour que plus de parts reviennent à l’Etat dans les projets de production.

Equinor a, pour sa part, indiqué qu’elle se joindra à son partenaire ExxonMobil en vue d'un accord avec le gouvernement hôte. La source a aussi déclaré qu’il est trop tôt pour présager d’un accord définitif avec Dodoma.

Contactée, le troisième partenaire Shell a refusé de dire si il rejoindrait Equinor et Exxon Mobil, ou si il poursuivrait des pourparlers séparés avec le gouvernement, avant d’affirmer dans un communiqué : « Shell continue de travailler avec le gouvernement tanzanien pour trouver la solution la plus rentable et la plus compétitive pour le projet de GNL (…) Nous pensons que le gouvernement est le mieux placé pour montrer la bonne voie à suivre pour mener à bien le projet.»

En 2014, le gouvernement tanzanien a fait savoir que son usine de liquéfaction de GNL coûtera 30 milliards de dollars et sera située dans la ville portuaire de Lindi, au Sud-Est.

Olivier de Souza