La fintech Nala lève 40 millions $ pour s’étendre à l’international

Publié le 09/07/2024

Nala opère au sein de l’UE, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, où elle facilite les opérations de transfert de fonds de la diaspora vers l’Afrique. Elle a levé 10 10 millions $ en 2022.

La fintech Nala, spécialisée dans les opérations de transfert de fonds et paiements entre entreprises (B2B) en Afrique, a annoncé ce mardi 9 juillet 2024, la levée d’un financement de série A d’un montant de 40 millions $. Cette levée de fonds soutiendra ses ambitions d’expansion en Asie et en Amérique du Sud.

La société de services financiers fondée et dirigée par le Tanzanien d’origine, Benjamin Fernandes (photo), prévoit d’étendre son activité de transfert d’argent dans de nouveaux marchés en Asie et en Amérique latine. Notons que Nala opère déjà au sein de l’Union européenne (UE), aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, où elle facilite les opérations de transfert de fonds de la diaspora vers l’Afrique.

La fintech, qui a levé 10 millions $ de financements en 2022, ambitionne également de renforcer sa plateforme de paiements B2B Rafiki, pour servir des entreprises internationales qui effectuent des paiements en Afrique et en dehors.

« Ce tour de table de 40 millions $ marque un tournant pour Nala. Il nous permettra d'aller au-delà des transferts de fonds et d'étendre notre portée hors d’Afrique, en construisant un solide écosystème de paiements », a indiqué Benjamin Fernandes. Et d’ajouter : « nous réinvestirons cet argent pour améliorer notre infrastructure et garantir des paiements fiables et peu coûteux, avec le lancement de nos propres rails de paiement et l'expansion de notre plateforme B2B Rafiki ».

Soutenu par un groupe d’investisseurs étrangers au rang desquels Acrew Capital, Norrsken22, DT Global, ou encore HOF Capital, Nala affirme avoir multiplié par 34 son volume de transactions au cours des 20 derniers mois, et par 10 son chiffre d’affaires durant les 12 derniers mois. La fintech revendique près de 500 000 clients à travers le monde.

Chamberline Moko