Moody's acquiert 100 % de GCR Ratings pour se renforcer en Afrique

Publié le 09/07/2024

GCR opérera en tant que filiale de Moody’s, tout en développant ses propres méthodologies de notation, en émettant ses propres notations de crédit et en conservant une équipe de direction distincte. 

La société Moody’s Corporation, qui détient l’agence de notation Moody’s Rating, a annoncé, dans un communiqué publié le lundi 8 juillet 2024, l’acquisition de la totalité des parts dans Global Credit Rating Company Limited (GCR Ratings), une agence de notation qui opère en Afrique.

Cette annonce fait suite à l'acquisition par Moody's d'une participation de 51% dans GCR en 2022.

« GCR fournit aux investisseurs des informations cruciales et de la clarté sur les marchés de crédit nationaux en croissance rapide en Afrique, qui jouent un rôle important dans le développement économique à travers le continent. Moody's se réjouit de renforcer sa présence dans le domaine des notations domestiques en Afrique », a déclaré le président et directeur général de Moody’s, Rob Fauber (photo), cité dans le communiqué.

« L'acquisition de la totalité du capital de GCR par Moody's est une étape importante qui nous permettra de tirer parti de notre connaissance approfondie du marché local et de plus d'un quart de siècle de croissance sur le continent africain. Cela nous donnera également l'occasion de développer davantage de solutions qui répondent à un éventail de besoins des clients, y compris les notations de crédit, les solutions de risque de crédit, et les capacités ESG », s’est félicité de son côté le directeur général de GCR, Marc Joffe.

GCR Ratings note les institutions financières, les entreprises, les émetteurs du secteur public et les transactions structurées à travers l'Afrique. L’agence, qui dispose de bureaux en Afrique du Sud, au Nigeria, au Sénégal, au Kenya et à Maurice, opérera en tant que filiale de Moody's, tout en développant « ses propres méthodologies de notation, en émettant ses propres notations de crédit et en conservant une équipe de direction distincte ».

Les trois grandes agences de notation (Moody's, Fitch et S&P Global Ratings) sont très critiquées en Afrique. Alors qu’il assurait la présidence tournante de l’UA, l’ex-président sénégalais Macky Sall avait par exemple appelé, en mai 2022, à la création d’une agence de notation financière africaine pour « mettre fin aux injustices » subies par les pays du continent.

« En 2020, alors que toutes les économies subissaient les effets de la covid-19, 18 des 32 pays africains notés par au moins l’une des grandes agences d’évaluation ont vu leur notation dégradée. Ceci représente 56 % de notations dégradées pour les pays africains contre une moyenne mondiale de 31 % pendant la période », avait-il expliqué.

« Des études ont montré qu’au moins 20 % des critères de notation des pays africains relèvent de facteurs plutôt subjectifs d’ordre culturel ou linguistique, sans lien avec les paramètres qui jaugent la stabilité d’une économie », avait ajouté M. Sall indiquant que « cela renchérit le coût du crédit accordé à nos pays ».

Moody's, Fitch et S&P ont cependant nié toute partialité, affirmant que leurs notations « suivent la même formule d'un continent à l'autre ».

En septembre 2023, l'Union africaine avait annoncé son intention de lancer une nouvelle agence de notation financière panafricaine afin de répondre aux préoccupations des pays du continent face aux évaluations « parfois arbitraires » des grandes agences internationales.

Lire aussi:

12/09/2023 - L'Union africaine envisage de lancer une agence de notation financière en 2024

13/04/2023 - Les méthodes actuelles des agences de notation privent l'Afrique de 74 milliards $ de ressources potentielles (PNUD)

11/08/2022 - L’étrange sévérité des agences de notation à l’égard du Ghana pose question à toute l’Afrique

21/01/2022 - Raymond Gilpin (PNUD) : « Les agences de notation ne connaissent pas l'Afrique aussi bien qu'elles le devraient »