Cameroun : des subventions pour les PME du renouvelable

Publié le 30/06/2024

Le Cameroun s’est fixé un objectif de production de 5?000 MW d’ici 2030. Les subventions du ROGEAP apparaissent donc comme leviers pour réaliser cette ambition.

Au Cameroun, un appel à manifestation d’intérêt aux PME spécialisées dans les énergies renouvelables cours depuis fin mai pour subventionner et stimuler le développement d’installations solaires hors-réseau à travers le pays.

Il entre dans le cadre du ROGEAP (Projet régional d’accès à l’électricité hors-réseau) financé par la Banque mondiale, qui propose selon un communiqué de Gaston Eloundou Essomba, le ministre de l’Eau et de l’Énergie, 3 types distincts de subventions : 1 de contrepartie, 1 d’entrée sur le marché et 1 basée sur la performance.

La 1ère subvention vise les jeunes entreprises prometteuses du renouvelable dont elle veut soutenir les initiatives nouvelles, et va de 10?000 à 25?000 USD. La 2ème est dédiée à la facilitation de l’entrée des entreprises sur le marché, pour favoriser la rapide expansion de l’accès à l’électricité hors-réseau, notamment dans les zones mal desservies. Elle va de 50?000 à 150?000 USD.

La 3ème servira à soutenir les entreprises opérant dans des régions difficiles d’accès. Elle va de 150?000 à 250?000 USD. Le Cameroun dépend beaucoup de l’hydroélectricité qui représente, informe Investir au Cameroun, plus de 60% de son mix énergétique. Les énergies renouvelables comme le solaire, la biomasse et l’éolienne n’y contribuent en revanche qu’à moins de 5%, selon le ministre.

Ce dernier souligne que le potentiel est pourtant immense, rappelant lors du récent Forum sur la vulgarisation des énergies renouvelables que le Cameroun a pour objectif de porter à 25% d’ici 2035 la part du renouvelable (centrales hydroélectriques de capacité supérieure à 5 MW non incluses), soit une capacité installée d’environ 1?500 MW.

L’objectif du ROGEAP est de diversifier ce mix énergétique en promouvant l’adoption généralisée de systèmes solaires autonomes. L’initiative promet non seulement d’améliorer l’accès à l’électricité, qui a atteint un taux de couverture de 60,2% de la population en 2021-2022 (contre 58,4% en 2014) selon l’Institut national de la statistique, mais aussi de réduire les disparités entre régions urbaines et rurales où l’accès reste limité à 28,4%.